Les éditos 2017-2018


Date

Titre

Saison 2017-2018

08/04 Bof Pour être honnête, mis à part une petite dizaine de minutes en fin de match, on n'a jamais vraiment eu le sentiment que nos verts arriveraient à destabiliser la rude défense du RCC. La faute d'abord à une pénurie de ballons: malmenés en mêlée, nos verts ont été copieusement dominés en touche par un contre ominiprésent. Comme Montigny est aussi très au point en défense, ce match de milieu de tableau s'est longtemps résumé à un festival de ballons perdus, souvent par faute de mains chez les gris, la plupart du temps arrachés au sol côté Montigny. Seules une pénalité de chaque côté meublaient le score en 1ère mi-temps. La fatigue aidant, les espaces s'ouvrent après la pause et les gris tirent les 1ers au bout d'un beau débordement de l'ailier gauche. Les verts régissent enfin et reviennent à 5 points grâce à un bel essai plein centre de Maxou. L'écart descendra même à 2 points après une pénalité de Coco. Hélas, la fin de match sera gâchée par des chamailleries répétées et une grande nervosité, nourrie depuis le début du match par des décisions arbitrales plus que laxistes sur le jeu au sol. Dommage, avec plus de concentration et d'application en fin de match, le résultat aurait pu être inversé. Espérons que nos verts aurony à coeur de finir la saison sur une bonne note, dimanche prochain.
25/03 propre (enfin) Dimanche dernier à Gif, les sourires de fin de match étaient un peu crispés car ils traduisaient surtout un soulagement d'avoir su arracher la victoire en toute fin de match. Ce dimanche à Gien, contre une équipe très costaud devant, les sourires étaient ceux du travail bien fait et du plaisir. En effet, nos vertes ont su, enfin, montrer dans le même match tout ce qu'elles ont travaillé et répété à l'entrainement depuis septembre: de l'engagement, de l'agressivité, de la hargne même en défense pour repousser les golgoths rouges et noires qui pilonnaient inlassablement les bords de ruck; de la vitesse, des passes propres, des raffuts pour nos arrières qui auront inscrit tous les points du match comme récompense du travail remarquable de leur pack. Voilà le genre de match propre à redonner le sourire aux coachs!
A noter qu'Erinne a débloqué son compteur personnel avec deux beaux essais coup sur coup, Margaux y est encore allé de son triplé et Fanny BipBipa enrhumé sa vis à vis par deux fois. Voilà une saison qui se finit de la plus belle des manières!
Et Merci à I Rhum Man pour le planteur !
18/03 au mental Jouer le matin n'est jamais facile pour des joueuses pour lesquelles la grasse mâtinée est presque aussi sacrée que le Nutella. Quand l'hiver fait en plus un retour rafraichissant, on peut craindre que l'apathie ne soit pas en danger. Erreur! Nos vertes, pour une fois présentes à 19, ont entamé la partie avec entrain et justesse. Après plus de 15 minutes dans le camp des jaunes, c'est Margaux qui s'arrachait des mains adverses sur l'aile gauche pour finir à dame. 5 minutes plus tard, rebelote avec un nouvel essai en coin. 10-0 en 20 minutes, il y avait de quoi sourire. Hélas, c'est là que ça a commencé à se gâter. Margaux, qui n'aime rien tant que plaquer avec la tête à la fenêtre, a été punie par ses anciennes partenaires de Marcoussis et pourra désormais viser le rôle de Cyrano (sans masque). Avec Chouchou à la mêlée et Fanny L en 10, les transmissions sont devenues moins fluides et les Marcoussines en ont profité pour remettre la main sur le ballon et camper dans notre camp. Elles ont pris leur temps, car on ne défendait pas si mal, mais elles ont fini par marquer par  deux fois. C'est là que nos vertes ont fait preuve d'un mental que l'on a hélas pas vu assez souvent cette saison. Malgré la sortie définitive de Zaza, séchée par un placage violent mais parait-il licite, en haut du sternum, nos vertes ont su dominer les 5 dernières minutes. Grâce au retour de Margaux, qui désormais pourra courir droit grâce à son nouvel appendice aérodynamique, les transmissions avec Irène, Erinne ou Fanny L sont plus fluides. Aux ailes, Camille et Rose ne laissent rien passer quand les jaunes ont la balle. Devant, on fait le job: Solène, Celia, Fanny A percutent sansrelâche; Elise, Alice, Juliette et même Noémie pour son 1er match déblaient à tout va, Shirley fait le ménage et Chouchou distribue bien. Et sur la dernière balle du match, une belle attaque sur la gauche, 3 bonnes passes dans la course et Fanny L, pourtant sur une jambe depuis 10 minutes, crochette, prend le trou et file entre les perches!  Une belle victoire à l'extérieur, qui fait du bien à tout le groupe. Bravo à toutes!!! Et une grosse pensée pour Zaza qui va enfin pouvoir soigner ses multiples stigmates.
04/03 Pas joué à Joué Les règles du rugby sont ainsi faites qu'il faut parfois prendre un bus dès potron-minet, sous une lumière pâle éclairant à peine les gouttes de pluie, faire 3h d'un triste trajet pour aller disputer un match perdu d'avance faute d'un effectif suffisant. Rien d'excitant dans cet exercice, si ce n'est la chance de jouer, malgré tout, un match, certes sans enjeu, mais un vrai match durant lequel on peut mettre en pratique ce qui a été travaillé à l'entrainement. hélas, après 5 belles 1ères minutes à la fin desquelles nos féminines ont même mené au score, les belles résolutions se sont évaporées par enchantement et l'opération portes ouvertes a commencé. Il n'en fallait pas plus aux rapides joueuses de Joué les Tours pour enchainer les franchissements et les essais, jamais vraiment freinées par des ersatz de plaquages aux épaules ou au maillot qui n'auraient pas stoppé ma grand-mère. ET pourtant, l'équipe est globalement bien organisée, les options de jeu en attaque sont cohérentes. Mais sans plaquage, il n'y a pas de rugby possible.
Saluons malgré tout Juliette et Anabelle qui ont disputé, pour la 1ère fois, un match entier! Et rendez-vous dans 2 semaines à Marcoussis. d'ici là, on aura peut-être remis la main sur la clé du coffre à plaquages...
04/02 Black day Albert Einstein a dit "La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent". On doit avoir beaucoup de folie dans cette équipe féminine puisque, malgré les consignes répétées des coachs, certaines continuent à jouer à chat plutôt que de viser le short pour faire tomber les adversaires. Contre la belle équipe d'Orléans, puissante et organisée, ça ne pardonne pas, et on le savait déjà depuis le match aller. Pourtant, on a vu beaucoup de solidarité défensive, un engagement collectif dans la lignée du dernier match à Ste Geneviève. Mais comme pour les Bleus hier soir, défendre ne suffit pas pour gagner un match car, à ce jeu, on ne marque qu'avec le ballon. Et on ne l'a pas beaucoup eu en mains cet après-midi....La 1ère mi-temps a été plutôt mauvaise, avec 5 essais encaissés et beaucoup d'erreurs collectives en défense. En seconde mi-temps, nos vertes ont mis plus d'intensité et longtemps contenu les vagues jaunes. Ca n'a craqué qu'en fin de match, sous l'effet de la fatigue. Il faudra hausser le niveau dimanche prochain en déplacement à Gien.
Les garçons ont aussi perdu, en déplacement à Garches. Mauvaise journée...
21/01 de boue là-dedans En ce beau dimanche ensoleillé, nos féminines entamaient la deuxième phase du championnat à Viry-Châtillon, le terrain de Ste Geneviève étant malencontreusement inondé. Sur le rectangle vert moêlleux comme un flan, nos filles ont livré un match plein de courage et de détermination. Solidaires et accrocheuses, elles ont opposé une belle résistance aux solides joueuses de Ste Genevieve. Il faut continuer dans cette voie!!
24/12 BruNoël Ainsi donc, avec le sapin et les flocons va nous arriver en cadeau un nouveau sauveur de notre rugby national, le père BruNoël. Moustache frémissante et verbe aussi rare que fleuri, il aura la lourde tâche de remettre en état un traineau "Rugby Français" en état de quasi mort clinique depuis déjà quelques années. Proche de longue date du président Laporte, il remplacera, si l'on en croit les gazettes, le fier et ténébreux Novès, dégringolé de son piédestal de "meilleur entraineur français" en quelques mois, autant par ses résultats faméliques que par l'inimitié tenace que lui vouent les deux têtes de l'exécutif de la FFR. C'était sans doute inévitable si tant est que l'on croit aux vertus curatives du fameux "choc psychlogique" dont usent et abusent tous les présidents de club plus enclins à virer un unique bouc émissaire plutôt que 30 manchots pourtant inaptes à la passe juste et empêtrés du 2 contre 1. La méthode, avec ses infos savamment distillées à la presse pour que la curée fasse son effet avant l'annonce officielle, est indigne de l'institution FFR, et du très grand entraineur que demeurera Guy Novès. Espérons malgré tout que cette mise à mort publique réveillera nos joueurs, fera ressortir du très profond d'eux-mêmes, bien cachés sous les kilos de muscles forgés à la salle, les quelques bases techniques censément apprises à l'école de rugby, et donnera au nouveau gourou des Bleus des armes collectives dont son malheureux prédécesseur n'a jamais pu bénéficier. Allez les Bleus et bonnes fêtes à tous.
26/11 Triste En ce triste week-end pour le rugby français, officiellement entré dans le seconde division du rugby mondial, on pouvait espérer retrouver foi en ce magnifique jeu avec les matchs de nos jouers et joueuses. Hélas, si on excepte la courte victoire de nos seniors A sur la pelouse de Noisy, c'est soupe à la grimace. Vendredi soir, les Ignobles, peu nombreux et énervés, ont cédé face aux jeunes cannes des fils de l'historique Peña Zinzin. Rien de grave, même si ces problèmes récurrents d'effectif posent question. Dimanche matin, les juniors ont perdu à RugbySud 77; espérons qu'ils n'y auront pas perdu leurs chances de finir en tête. Cet après-midi, les seniors A ne sont pas tombés dans le piège de Noisy. Même si le score est étriqué, la victoire est précieuse. La réserve, minée par de gros soucis d'effectif, a malgré tout réussi à éviter un forfait qui aurait pu mettre en péril toute la saison de l'équipe A. Ce sera dur toute la saison, mais l'objectif de se maintenir en PH est à portée.
Enfin cet après-midi à Couderc, l'équipe qui jouait au rugby a passé 60 grains à celle qui jouait à chat. RAS
12/11 carton plein On a pu croire un moment revivre le match des bleus hier soir. Pendant 20 minutes, chacun des ballons verts était changé en or: 1er essai sur une attaque classique propre et rapide; 2ème essai, encore sur l'aile gauche, après une récupération heureuse sur en-avant après une reculade de 50m sur maul rémois; 3ème essai entre les perches sur un de ces exploits dont Papy Djull a le secret: réception propre sur un dégagement adverses, petit slalom, coup de pied par dessus, récupération d'une main après rebond et accélération. Le public avait de quoi se réchauffer le coeur à défaut du corps. Hélas, ça s'est arrêté là: panne d'essence, neurones en berne, excès de confiance? En tout cas, on n'a plus vu les verts jusqu'aux oranges: les tango et noirs ont gardé le ballon devant, enchainé le jeu dans l'axe, et remonté une bonne partie de leur handicap à la mi-temps, grâce à un essai après percée plein champ de leur massif n°6, et un autre sur une nième cocotte après touche.
On pouvait tout craindre pour la seconde période, et on avait raison tant la tactique choisie par nos verts a surpris: pas la moindre balle pour nos rapides 3/4: on a alterné les persussions dans l'axe, vite brisées par les golgoths rémois, et les coups de pied au fond qui constituaient autant de munitions rendues. Heureusement, les rémois n'ont pas su retrouver la fluidité de leur fin de 1ère mi-temps: en-avants, mauvais choix, et une très belle défense verte les ont réduit à quia. Les verts ont même eu la bonne idée de prendre 3 points sur leur seule pénalité tentable, juste de quoi vivre une fin de match moins stressante et enlever à Reims son bonus défensif. Malgré une courte salade de phalanges en toute fin de match (bizarrement, c'est celui qui déclenche qui récupère la pénalité...), on a conservé les 4 points de la victoire. Bravo les gars!
Cette victoire ponctue un superbe week-end, entamé par l'écrasante victoire des Ignobles Mondains, poursuivi par celle des M14 contre Brétigny et le SQY, et confirmé par les juniors à Coulommiers, et la réserve senior qui a gagné sur le terrain un match déjà vainqueur sur le papier. De quoi réjouir nos supporters qui ont bravé le froid en ce dimanche, et le Président du CIFR qui nous fait le plaisir de visiter Montigny ce dimanche. Merci à lui.
10/11 Allelouia Sonnez hautbois, résonnez musettes: le cloaque des précaires a été hier soir le théâtre d'un évènement d'importance planétaire, voire galactique. Après plusieurs années de pitoyables défaites et de frustrants matchs nuls, les Ignobles ont enfin retrouvé le chemin de la victoire!! Les Ignobles ont mangé le Bixkor!!
C'est par un petit temps automnal, alors que sur le terrain d'à-côté quelques féminines se passaient gentiment la balle ne poussant des cris d'oisillons, que nos valeureux Ignobles affrontaient les redoutables Bezti Bixkor de Brétigny. Forts d'une trentaine de combattants, ces golgoths essonniens étaient venus jusque sur nos précaires avec la ferme intention de prolonger leur série de victoires. Côté vert, une petite vingtaine de joueurs. Le 3ème âge est dignement représenté en la personne de Navarro, toujours fringant malgré ses 92 ans. Il était hélas orphelin de son altger et pasgros Gambas, pas encore remis de la pose de sa 6ème hanche artificielle.
Le match? homérique, dantesque, épique. Il fallait tout ça pour terrasser les immondes roses et noirs. Nos Ignobles se sont envoyés comme jamais: 86 placages par tête, 126 contres en touche, 1547 mêlées, 6329 rucks, 2 balles à l'aile, 8 passes réussies... Du jeu, du jeu, du jeu, et même du genou pour La Bavure, qui a dû quitter ses compères en boitant bas. Son genou va rejoindre la matraque, les poucettes, le taser et l'anal-liseur (en 2 mots, c'est pas une erreur) dans sa boite à gants de baveur en chef. Galvanisés par l'Akoumayo et l'appel du Laphroaig, nos vénérables ont retourné toute la viande qui passait à portée et remonté leur handicap d'un essai à la mi-temps, sous les encouragements stridents de quelques féminines et les éructations viriles de Kaouette.
Et après, me direz-vous? Business as asual: ils sont tous allés se rincer la glotte de concert, puisque:
Les Bixkor rigolent en picolant, les Bixkor rigolent en picolant
Les Bixkor picolent en rigolant, picolent en rigolant c'est bien connu!

Meuuuuuuuuuuhhhhh!

NB: la rédaction, dans un souci notable d'honnêteté et conformément à sa charte éthique, tient à préciser que ce reportage a été rédigé sans contrainte ni parti-pris, par un journaliste qui, comme le  brillant arbitre qui a égayé cette partie de ses trilles aussi mélodieuses qu'incongrues, n'a strictement RIEN vu du match en question. Ceci garantissant, à n'en pas douter, sa parfaite impartialité!
05/11
trop vite
En ce dimanche de vacances, les filles étaient de sortie au Stade Français, avec une composition d'équipe assez expérimentale derrière pour affronter les flèches roses. L'objectif était de tenir le ballon et d'essayer de profiter de notre léger avantage de gabarit devant. Et ça a marché... une mi-temps. Très soudées, prenant les balles un peu plus lancées que d'habitude, solides à l'impact, nos vertes ont tenu la dragée haute aux joueuses roses, n'encaissant que 2 essais en contre contre un essai de Zaza sur une pénalité vite jouée. On regrettera 2 situations favorables mal négociées qui auraient pu changer la physionomie de cette mi-temps.
Pas sûr, pour autant, que ça aurait changé l'issue du match, tant nos vertes ont souffert dans la seconde période. Les roses avaient bien compris qu'il ne servait à rien de jouer au coeur; elles ont donc écarté très vite tous leurs ballons et laissé parler les jambes de leurs lignes arrières. Faute de montées défensives assez agressives, et de quelques placages efficaces, on a pris 6 essais au large pour un score final très lourd pour l'investissement collectif de nos vertes. Mais on a vu de belles choses et surtout une détermination collective qu'il faudra retrouver pour les prochains matchs.
15/10 Enfin Après deux larges défaites, les filles se devaient de montrer un autre visage contre Gien. Et elles n'ont pas déçu: enfin agressives, bien plus efficaces au plaquage que lors de deux premiers matchs, elles ont progressivement éteint les nombreuses offensives des rouges et noires. Malgré une possession de balle bien pluis faible (la faute à une touche globalement défaillante), elles ont vaillamment défendu leur ligne et n'ont cédé, en seconde mi-temps, qu'à cause d'une infériorité numérique temporaire. Mais avant cet essai (mérité pour Gien), elles ont transpercé la ligne plusieurs fois, et planté 2 essais par Margaux. Certes, il reste encore beaucoup de travail pour éliminer les nombreux en-avants et les attaques bloquées dès leur entame. Mais on a vu aujourd'hui une détermination, une volonté de ne pas céder qui fait plaisir. Il faudra garder cette envie pour les prochains matchs!!
Dimanche matin, les cadettes ont débuté leur championnat en battant Parisis, et en perdant contre SCUF et Plaisir; les juniors ont raté leur accession en Phliponneau A. ce sera le championnat Phliponneau B pour eux.
Quant aux seniors, diminués par les blessures et les absences, ils n'ont rien pu faire contre la puissante équipe de St Maur. Il va falloir se remobiliser contre les équipes du milieu de tableau afin de recoller au classement et retrouver de la confiance. ça va le faire les gars: vous n'avez pas perdu toutes vos qualités en 3 mois !!
01/10 C'est mal parti On espérait mieux pour ce début de saison. Les seniors, qui avaient marché sur l'eau toute la saison dernière, ont lourdement chuté à Marcoussis, tout comme l'équipe réserve. Le niveau supérieur n'est pas supérieur pour rien, et il va rapidement falloir digérer cette mauvaise entame et retrouver la fluidité de la saison dernière.
Les juniors ont eu aussi chuté pour leur 1er match. Cette équipe Plaisir-Montigny n'existe que depuis peu, il faudra un peu de temps pour créer les automatismes. prochain Rdv dimanche prochain, toujours à Plaisir.
Quant aux filles, elles ont bien résisté mais montrent encore trop de lacunes pour rivaliser avec une équipe rôdée comme Ste Geneviève. Les nouvelles ont subi leur baptême du feu sous la pluie et savent désormais ce qu'il leur reste à travailler!
Enfin je ne veux pas terminer ce petit mot sans une pensée pour le grand sportif qui nous a quitté ce samedi. Gardien des fameux Barjots, Philippe Médard s'occupait des handballeurs ignymontains depuis des années et cotoyait tous les autres sportifs locaux. Bon vivant et grande gueule, ce sacré personnage ne laissait jamais indifférent. Que Marie-José soit assurée de notre soutien en ce pénible moment.
17/09
C'est parti
Depuis ce mardi, toutes nos équipes ont repris le chemin des terrains. C'est l'heure de la découverte pour les nouveaux: le vestiaire, les crampons, les entraineurs, l'herbe humide et la boue, la pluie, le vent, les premiers contacts, les premiers plaquages, et ce foutu ballon ovale qui ne va jamais où on l'attend. Tout ce qui fait le sel de ce sport magnifique. En ce début de saison, les anciens servent de guide, de repère et d'exemple. mais qu'on ne s'y trompe pas: la majorité d'entre eux envient aux nouveaux cette période de découverte!
25/08 Reprise

C'est reparti! Les filles attaquent l'entrainement les premières, ce vendredi 25 août.

Et si vous souhaitez relire certains éditos des saisons dernières...


  Ecole de rugby Cadets Juniors Féminines Seniors Ignobles Mondains Boutique Liens